Éloigner les fraudeurs

De temps en temps, aux nouvelles, il est question d’enfants qui, involontairement, ont fait grimper de centaines de dollars la facture de carte de crédit de leurs parents parce qu’ils ont utilisé le téléphone intelligent ou la tablette de ceux-ci pour télécharger des applications ou jouer à des jeux en ligne.

De temps en temps, aux nouvelles, il est question d’enfants qui, involontairement, ont fait grimper de centaines de dollars la facture de carte de crédit de leurs parents parce qu’ils ont utilisé le téléphone intelligent ou la tablette de ceux-ci pour télécharger des applications ou jouer à des jeux en ligne.

Chaque fois, j’ai la même réaction : qui enregistre les renseignements de sa carte de crédit dans son appareil mobile? Si un enfant de trois ans peut, par inadvertance, dépenser ainsi votre argent, des fraudeurs sans scrupules n’auront aucun mal à accéder à vos renseignements s’ils mettent la main sur votre appareil.

En tant que parents, nous enseignons à nos enfants qu’ils ne doivent pas donner leurs coordonnées, par exemple leurs nom et adresse, à des étrangers, que ce soit en personne ou en ligne. Mais les nombreux cas de fraude laissent croire que bon nombre d’adultes ne suivent pas les conseils qu’ils donnent en matière de protection des renseignements financiers. (Selon l’Enquête de CPA Canada sur la fraude 2014, près d’un Canadien sur trois a été victime de fraude financière, la plupart par carte de crédit ou carte de débit.)

Pour commencer, comparez vos pratiques en matière de prévention de la fraude à celles des répondants de l’enquête :


72 % déchiquettent leurs relevés de compte bancaire et de carte de crédit;
68 % sont très mal à l’aise avec l’idée de transmettre leurs renseignements personnels ou financiers par courriel;
61 % sont très mal à l’aise avec l’idée de transmettre leurs renseignements personnels ou financiers par téléphone;
59 % cachent le clavier lorsqu’ils entrent leur numéro d’identification personnel (NIP);
60 % s’assurent, avant un achat en ligne, que le site du marchand est crypté;
56 % sont très mal à l’aise avec l’idée d’accéder à leur site de banque ou de placement en ligne par l’intermédiaire d’un réseau Wi-Fi public;
51 % avisent leur banque ou l’émetteur de leur carte de crédit lorsqu’ils vont à l’étranger;
49 % sont très mal à l’aise avec l’idée de donner leur numéro d’assurance sociale (NAS) comme preuve d’identité.

Alors, comment évaluez-vous vos pratiques? Une autre bonne habitude est de revoir régulièrement vos relevés de compte bancaire et de carte de crédit pour être certain qu’ils ne comportent aucuns frais cachés ou transactions surprises.

Que faites-vous pour protéger vos renseignements financiers? Écrivez-nous.


À propos de l’auteur

Tamar Satov

Directrice de la rédaction, CPA magazine
Tamar Satov, directrice de la rédaction à CPA Magazine, est journaliste spécialisée dans les questions liées aux affaires, à l’éducation des enfants et aux finances personnelles. Elle propose régulièrement des conseils et des anecdotes dans le cadre de ce blogue, où elle fait part de ses efforts pour faire l’éducation financière de son enfant. (@TamarSatov)

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.