Éclairons un peu nos enfants sur le crédit

Les cartes de crédit, les cartes de débit, les paiements directs et les cartes-cadeaux ont pris le dessus sur les bons vieux billets de banque, auxquels nous avons de moins en moins recours.

La plupart des dépenses sont aujourd’hui virtuelles et cela rend plus difficile la tâche d’enseigner la valeur de l’argent à nos enfants. Les cartes de crédit, les cartes de débit, les paiements directs et les cartes-cadeaux ont pris le dessus sur les bons vieux billets de banque, auxquels nous avons de moins en moins recours.

Pour Adam, qui reçoit 2 $ d’argent de poche par semaine depuis un ou deux ans, gagner, épargner et dépenser de l’argent sont des notions assez claires. Cependant, lorsqu’il m’a demandé dernièrement comment il devait s’y prendre pour obtenir une carte de crédit (il a sept ans!), je me suis rendu compte que l’exemple que son père et moi lui donnions par nos habitudes — nous utilisons la plupart du temps nos cartes de crédit pour régler nos achats — pesait plus lourd que nos explications.

Le moment était propice pour lui en apprendre plus sur les cartes de crédit et sur l’utilisation que nous en faisons dans notre famille. Je lui ai donc expliqué que l’émetteur de la carte de crédit payait le magasin à notre place et, qu’à la fin du mois, nous lui remboursions tous les achats que nous avions faits avec la carte. (C’est le cas : nous réglons la totalité du solde à la fin du mois. Nous disposons d’une ligne de crédit approuvée au cas où nous aurions des problèmes de trésorerie, mais nous n’avons heureusement jamais eu à l’utiliser.)

Je me suis assurée qu’Adam comprend que nous nous servons de nos cartes de crédit seulement lorsque nous savons que nous avons suffisamment de fonds en banque pour absorber le coût des achats, et que si nous le faisons, c’est par commodité et pour avoir un relevé mensuel de toutes nos dépenses. (En plus, nous accumulons des points, mais ça, c’est le sujet d’une autre leçon.)

Lorsqu’Adam sera un peu plus vieux, mais avant qu’il obtienne sa première carte de crédit, je lui parlerai des taux d’intérêt exorbitants que la plupart des émetteurs imposent sur les soldes impayés. Ces notions ne sont pas faciles à comprendre, en particulier dans l’abstrait. Après tout, pourquoi voudrait-on rembourser la totalité du montant qu’on doit à la fin du mois si l’émetteur de la carte de crédit se contente d’un paiement minimum nettement moins élevé?

Je ferai appel à des renforts, par exemple une calculatrice de paiements de carte de crédit, comme celle qui se trouve sur le site Web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, qui lui en apprendra bien plus long sur ce sujet que je ne pourrais le faire. Grâce à cet outil, on peut calculer avec exactitude combien de temps il faut et combien cela coûte à la longue pour rembourser un montant si l’on se contente de payer le montant minimum mensuel. Ainsi, avec un taux d’intérêt de 18 %, il faut compter 10 ans et débourser en tout 1 798,89 $ pour régler un solde de 1 000 $, soit presque 800 $ d’intérêts! Si ces chiffres ne font pas réfléchir Adam, c’est peine perdue.

Vos enfants vous ont-ils posé des questions sur les cartes de crédit? Que leur avez-vous dit?

À propos de l’auteur

Tamar Satov

Directrice de la rédaction, CPA magazine
Tamar Satov, directrice de la rédaction à CPA Magazine, est journaliste spécialisée dans les questions liées aux affaires, à l’éducation des enfants et aux finances personnelles. Elle propose régulièrement des conseils et des anecdotes dans le cadre de ce blogue, où elle fait part de ses efforts pour faire l’éducation financière de son enfant. (@TamarSatov)

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.