Vous travaillez en solitaire?

Vous êtes le seul comptable dans votre organisation? Voici trois compétences qui vous aideront à être efficace et à nouer des liens solides avec les principales parties prenantes.

Parler à quelqu’un formé en comptabilité ou en finance est chose facile : vous parlez la même langue. Mais qu’en est-il s’il n’y a que quelques comptables – ou si vous êtes le seul – dans votre entreprise?

Une mauvaise communication entre le service de la comptabilité et le reste de l’organisation est un risque réel qui peut avoir des conséquences coûteuses. Selon une étude (en anglais) du Project Management Institute (PMI), une communication inefficace est dans le tiers des cas la première cause d’échec d’un projet.

Mais soyons positifs. Une bonne communication peut contribuer à améliorer l’efficacité et la réussite de vos initiatives. Voici trois compétences, au-delà de votre don naturel pour les chiffres, qui vous aideront à réussir à tout coup.

  1. Savoir communiquer avec les principales parties prenantes.
    En tant que comptable, vous tenir au courant des changements apportés aux normes comptables et aux dispositions réglementaires fait partie de vos attributions, mais vous avez d’autres responsabilités importantes. Par exemple, souligne Cindy Kottoor dans un rapport sur les changements apportés aux Normes canadiennes d’audit, il vous incombe d’expliquer aux parties prenantes, en particulier aux membres de la direction et du conseil d’administration, l’incidence qu’auront ces changements sur l’entreprise. Pour chaque groupe, réfléchissez aux points à communiquer et au moment idéal pour le faire. Si possible, mentionnez les avantages qu’en tireront les parties prenantes et les auditeurs.
  2. Comprendre vos collègues et leurs préoccupations.
    Bien évidemment, dans le cadre de vos fonctions, vous serez amené à côtoyer des personnes dont les tâches et les compétences sont différentes des vôtres, ce qui peut poser des défis. Selon un sondage (en anglais) mené par Robert Half auprès de directeurs financiers, les principaux écueils de la collaboration entre services sont la diversité des personnalités; le stress au travail (dû, notamment, aux pressions de la gestion des risques et de la conformité à la réglementation); les échéances (les autres membres de l’entreprise n’ont parfois pas conscience des longues heures que doivent faire les comptables pendant la période des impôts ou à la clôture de l’exercice); et l’utilisation de jargon. Dans la mesure du possible, utilisez des mots courants plutôt qu’un langage spécialisé, et illustrez l’information financière que vous présentez par des tableaux et des graphiques.
  3. Savoir annoncer les mauvaises nouvelles avec tact.
    Les mauvaises nouvelles font partie intégrante de la vie de l’entreprise. Malheureusement, celles de nature financière ou comptable peuvent être particulièrement difficiles à annoncer. Pour éviter que cette position de porteur de mauvaises nouvelles vous nuise, apprenez à présenter ces nouvelles rapidement et clairement. N’attendez pas. Dès que possible, réunissez les personnes concernées et expliquez la situation. Faites preuve de rigueur concernant les faits, sans chercher à les exagérer ni à les minimiser. Enfin, dans la mesure du possible, essayez de proposer des solutions pour amortir le choc et pour orienter la conversation vers un dénouement productif.

Que vous soyez le seul comptable dans une entreprise ou membre d’une petite équipe, soyez conscient de l’importance de votre rôle et de vos responsabilités, et prenez-les au sérieux. Sortez-vous la tête des chiffres : élargissez votre point de vue, tenez compte des objectifs stratégiques de l’entreprise et racontez l’histoire de l’entreprise grâce aux informations que vous présentez : ce qu’elle a été, ce qu’elle est aujourd’hui, et comment elle atteindra ses objectifs futurs.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Selon vous, y a-t-il d’autres compétences qui sont utiles au comptable qui exerce en solitaire? Décrivez-les ci-dessous.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées par l’auteure dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles de Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).