La cryptomonnaie en plein essor

Le bitcoin et la technologie de la chaîne de blocs devraient complètement transformer la façon dont nous réalisons des opérations et présentent une occasion unique de rendre l’échange de droits d’émission de carbone plus transparent.

S’il fallait encore des preuves que les cryptomonnaies ont la cote, le rappeur américain Ghostface Killah du Wu-Tang Clan, célèbre groupe de hip-hop des années 1990, a annoncé au début d’octobre une collecte de fonds de 30 millions de dollars en cryptomonnaie (pratique appelée initial coin offering, ou ICO, en anglais) (article en anglais).

Killah (Dennis Coles, de son nom de naissance) n’est que la dernière célébrité à faire le saut dans l’univers du bitcoin, après Paris Hilton et Jamie Foxx, espérant profiter de la méfiance croissante des investisseurs à l’égard des réserves de valeur classiques. Si certaines personnes cherchent à tirer parti de l’engouement au moyen de collectes de fonds en cryptomonnaie ou, dans le cas des entrepreneurs Sean Clark et Marc van der Chijs de Vancouver – cofondateurs de First Block Capital – d’un fonds d’investissement axé sur la cryptomonnaie (en anglais), d’autres voient en la technologie de la chaîne de blocs sous-jacente au bitcoin, ou blockchain en anglais, une occasion de transformer plus fondamentalement la façon dont nous faisons les choses.

Chez les professionnels de la finance, y compris à CPA Canada, on s’intéresse à cette technologie depuis des années déjà. Dans le monde de la finance, tout repose sur la confiance, et la chaîne de blocs représente un modèle de confiance transactionnelle de plus en plus solide. En bref, une chaîne de blocs est un grand livre numérique d’opérations dont les caractéristiques distinctives permettent de créer des registres sécurisés, fiables, transparents et accessibles. Bien que la technologie en soit encore à ses débuts, elle a le potentiel de transformer la manière de gérer l’information non seulement dans le secteur financier, mais aussi dans de nombreux autres secteurs où la tenue de registres, la présentation d’information et la certification sont essentielles.

L’un des domaines que la technologie de la chaîne de blocs promet de révolutionner le plus profondément est celui de l’information sur le développement durable et des solutions d’adaptation aux changements climatiques, domaine auquel s’intéressent de plus en plus les CPA au pays. Le 20 octobre 2017, CPA Canada tiendra, en collaboration avec l’Environmental Finance Advisory Committee (EFAC) de l’Université de Toronto, un débat d’experts intitulé «Blockchain: Building the Environmental Link». Les participants s’y pencheront sur les façons dont la technologie pourrait être employée sur les marchés du carbone, particulièrement dans les systèmes de plafonnement et d’échange de droits d’émission comme celui qui a été adopté par la Californie, le Québec et l’Ontario. Ces systèmes sont critiqués depuis longtemps en raison de leur opacité, et l’introduction d’une nouvelle méthode qui permettrait de faire le suivi des opérations sur les droits d’émission de carbone sans avoir recours à des intermédiaires est accueillie comme une façon d’accroître la transparence et, de ce fait, l’efficacité de ces programmes. 

Peu importe la façon dont elle sera ultimement utilisée – pour gérer les opérations financières, pour effectuer le suivi des émissions de carbone ou en tant que réserve de valeur plus sûre – la technologie de la chaîne de blocs bouleversera sans aucun doute nos façons de faire. Le recours à des intermédiaires comme les institutions financières, agissant en tant qu’«agents de confiance», sera de moins en moins nécessaire puisque cette nouvelle technologie procurera une sécurité et une transparence inégalées jusqu’ici. Comme Kathryn Haun, coordinatrice des monnaies virtuelles au ministère de la Justice des États-Unis, l’a récemment dit dans une entrevue avec le magazine Forbes : «Les cryptomonnaies auront le même effet sur les GAB et les succursales bancaires que les téléphones cellulaires ont eu sur les cabines téléphoniques. Au fur et à mesure que le taux d’adoption augmentera, les gens se serviront des cryptomonnaies pour effectuer des paiements en raison des frais inférieurs, de la simplicité accrue et de la plus grande confidentialité… Envoyer un sac rempli d’argent par FedEx coûte maintenant moins cher et est plus rapide que d’envoyer un virement à l’international, mais les cryptomonnaies vont changer la donne.»

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Utilisez-vous le bitcoin ou d’autres cryptomonnaies? Selon vous, quels sont leurs avantages et leurs inconvénients? Publiez vos commentaires ci-dessous.

Avertissement

Cet article est fourni uniquement à titre informatif et de divertissement, et ne doit aucunement remplacer les conseils d’un professionnel.

À propos de l’auteur

CPA Canada