L’apprentissage instantané : la nouvelle tendance en perfectionnement professionnel

Découvrez comment le perfectionnement professionnel à CPA Canada s’adapte aux besoins nouveaux de ses membres.

Lorsqu’il est question de perfectionnement professionnel, on entend souvent parler d’apprentissage permanent. On peut maintenant ajouter l’expression «apprentissage instantané» pour évoquer la nouvelle tendance en ce domaine. Alors qu’auparavant, des séances de formation mensuelles ou bimestrielles étaient données dans une salle de conférence sans fenêtre, de plus en plus, des coups de pouce formateurs sont dispensés par téléphone, comme de petits blocs d’information, à l’aide d’outils interactifs et de classes virtuelles. Selon Janet Treasure, vice-présidente, Perfectionnement et soutien des membres à CPA Canada, cette évolution présente à la fois une difficulté et un atout pour les organisations. «Nous devons demeurer agiles et offrir à nos membres les connaissances et les outils dont ils ont besoin pour réussir, au moment et à l’endroit où ils en ont besoin.»

Jennifer LePage, collègue de Mme Treasure, a passé une grande partie de sa vie à développer ce modèle d’apprentissage instantané à la demande. Mme LePage est directrice de projets, Technologie, conception et élaboration des cours en ligne à CPA Canada. Elle s’est jointe à l’organisme en octobre 2016, après avoir offert pendant plus de huit ans ce genre de formation de pointe à BMO Groupe financier. CPA Canada s’est entretenu avec Mme LePage de l’évolution du nouveau visage du perfectionnement professionnel et de l’essor du microapprentissage.

CPA Canada : Qu’est-ce qui distingue le perfectionnement professionnel dans le domaine comptable et financier?

J. LePage : Ce qui diffère nettement par rapport aux autres domaines, ce sont la présence en filigrane des changements politiques et l’exposition considérable au risque. Les politiques, les règlements et la surveillance sont constamment en train d’évoluer, et les gens doivent de plus en plus les envisager dans une perspective mondiale.

CPA Canada : Le monde du travail s’est métamorphosé au cours des 20 à 30 dernières années. Qu’en est-il du perfectionnement professionnel?

J. LePage : Le travail est le même, les personnes à former sont les mêmes – mais le mode d’accès aux documents et à l’information n’est plus le même. Je crois que c’est la principale révolution aujourd’hui. Si une personne tient à savoir comment accomplir une tâche, quelle que soit sa profession, elle peut toujours consulter Google et l’apprendre. Combien de personnes installent maintenant un lave-vaisselle non pas en lisant le mode d’emploi, mais simplement en regardant des vidéos sur YouTube? Ce genre d’apprentissage instantané est devenu comme une seconde nature pour certains. Et pour la génération qui a littéralement grandi avec ce type de technologie à sa disposition, ce n’est plus seulement un atout bienvenu, mais bien une nécessité.

CPA Canada : En un mot, comment décririez-vous le concept du microapprentissage?

J. LePage : Le microapprentissage tient compte du fait que les gens n’ont plus le temps de fréquenter l’université, de lire des tas de manuels et de suivre des cours magistraux. Ils ont besoin de savoir dès maintenant comment accomplir une tâche, sans quoi ils auront du mal à l’exécuter, voire à faire progresser leur carrière. C’est essentiellement ce que vise le microapprentissage. Il vise à aborder un point d’apprentissage précis, soit comment accomplir une tâche X, pour transmettre une compétence qui soit prête à mettre en pratique au travail. Du point de vue de CPA Canada, où la formation offerte porte notamment sur les normes et la réglementation, nous préparons les gens à obtenir leur titre professionnel et, grâce à ces petits blocs d’information, à acquérir l’expérience dont ils ont besoin. On peut aussi enseigner une tâche à mener par étapes, par exemple : comment calculer un dépouillement de gains en capital pour une entreprise. Voilà un module de microapprentissage que je peux enseigner en moins de dix minutes. Et comme j’enseigne à des gens qui savent déjà ce que sont les gains en capital, je n’ai pas à tout expliquer depuis le début.

CPA Canada : De quelles façons le microapprentissage peut-il être transmis?

J. LePage : L’une des méthodes les plus courantes est la présentation de vidéos. Mais il y a aussi l’infographie, pour donner une représentation visuelle d’un sujet, ou encore de brèves démonstrations en HTML5 : nous y montrons aux participants comment procéder, nous leur expliquons le contexte, puis nous les invitons à se lancer.

CPA Canada : Comment avez-vous dû repenser votre programmation en fonction de la révolution mobile?

J. LePage : Nous avons dû réorganiser tous nos produits pour les rendre compatibles avec HTML5 et pour qu’ils fonctionnent avec n’importe quel réseau téléphonique ou système d’exploitation. Mais nous avons aussi réorganisé tout le contenu pour le rendre conforme aux lignes directrices concernant l’expérience utilisateur. Par exemple, il doit être subdivisé de façon à être facilement assimilable par une personne qui voyage dans un train bondé en pleine heure de pointe. Les produits de microapprentissage et autres modules que nous offrons doivent aussi prendre assez peu de place pour figurer bien en vue à l’écran, tout en permettant à l’utilisateur de faire défiler le texte vers le bas s’il veut lire davantage ou interagir davantage avec le contenu. C’est là un aspect extrêmement important lorsqu’on élabore de courts éléments d’information, qu’il s’agisse de documents écrits, de vidéos ou de baladodiffusions.

CPA Canada : Quelle est l’importance de l’interactivité dans la formation en ligne? Comment vous assurez-vous de la participation active de l’utilisateur?

J. LePage : Tout dépend du médium utilisé. Nous offrons des classes virtuelles, qui sont de petits ateliers pratiques animés par des experts, et nous faisons travailler les participants sur des études de cas réels. S’il s’agit d’un cours de calcul, ils font des calculs pratiques. Nous tenons des séances de questions-réponses ou de consultation d’un expert. Nous menons des sondages d’opinion en classe. Ces classes sont semblables aux classes ordinaires, sauf qu’elles ont lieu à distance et qu’elles sont conçues expressément pour le médium en question. Nous organisons aussi des jeux de rôle avec scénarios.

En tant que produit autonome, la formation en ligne doit être assez attrayante pour éviter aux participants de se perdre dans les détails, mais aussi assez pratique, avec des activités et de très bons exemples, pour les aider à mettre en application leur apprentissage dans leur environnement et leur milieu de travail presque immédiatement. Si nous pouvons les amener à voir comment ce qu’ils ont appris s’applique dans la réalité, alors nous avons réussi à les aider à retenir cet apprentissage et à le mettre en pratique au travail.

CPA Canada : Quel est votre programme de perfectionnement professionnel le plus populaire en ce moment?

J. LePage : Notre cours en ligne sur Excel. Il s’agit d’une formation en dix leçons. On croirait que les comptables connaissent bien Excel ou qu’ils en sont revenus, mais non. Étonnant, n’est-ce pas? Il s’agit d’un cours vidéo. Notre animateur, Ken Puls, est un véritable expert, très avenant et excellent communicateur. Mais c’est vraiment bref : «Voici ce que vous allez apprendre.» On vous montre comment procéder, vous assimilez la matière, vous essayez par vous-même et le tour est joué. Dix leçons. Très simple, très efficace.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Quel genre de microapprentissage vous intéresse? Publiez vos commentaires ci-dessous.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées par l’auteure dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles de CPA Canada.