Les CPA : Ceux qui combattent les escrocs à l’échelle internationale

Lorsqu’on pense à un réseau mondial de limiers à la poursuite des escrocs, on ne pense habituellement pas aux comptables. Et pourtant…

L’International Federation of Accountants (IFAC) a publié récemment une étude intitulée The Accountancy Profession – Playing a Positive Role in Tackling Corruption. Il s’agissait du troisième volet de l’examen mené par l’IFAC sur l’importance du rôle de notre profession dans la société.

La principale constatation exposée dans le rapport est que, dans les pays où la structure de gouvernance est solide, le rôle que jouent les comptables professionnels dans la lutte contre la corruption est plus important qu’ailleurs. Grâce à leur souci de l’éthique, à leur formation et à leurs compétences en matière de surveillance, les CPA jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les escrocs à l’échelle internationale.

Voilà une vérité que nous connaissons depuis longtemps à CPA Canada, mais il est intéressant que des études telles que celles-là le confirment.

Comptables professionnels agréés du Canada compte plus de 210 000 membres et nous faisons tous partie de la collectivité mondiale croissante des quelque trois millions de comptables professionnels. Chacun d’entre nous, où que nous soyons dans le monde, joue un rôle dans la lutte contre la corruption et dans la création d’une culture mondiale de bonne gouvernance.

D’autres acteurs du milieu des affaires et du secteur public jouent un rôle essentiel dans cette lutte, mais à CPA Canada, nous savons que nous devons continuer de jouer un rôle de premier plan à cet égard.

La corruption mine l’économie et pour y mettre fin, nous avons besoin d’une collaboration intersectorielle – une pratique à l’égard de laquelle les CPA excellent depuis des décennies. Parmi les exemples de collaboration récente, mentionnons la participation de CPA Canada aux initiatives et aux des comités gouvernementaux suivants :

  • le Groupe consultatif sur le régime canadien de fiscalité internationale
  • le Comité consultatif sur l’économie clandestine du ministère du Revenu national
  • l’accord-cadre entre l’ARC et CPA Canada
  • le Comité consultatif public-privé du Régime de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes du ministère des Finances du Canada

Mais au-delà de la participation à des initiatives et à des comités, être CPA signifie être déterminé, dans tout ce que nous faisons, à faire preuve du plus haut niveau d’intégrité qui soit. L’intégrité est un outil capital pour combattre la corruption, mais aussi pour favoriser une croissance durable. Elle s’inscrit dans l’idéal canadien d’une saine gestion auquel aspirent les entreprises, qui concilie le développement des affaires et le progrès social dans le but de renforcer l’économie.

À CPA Canada, nous sommes également déterminés à permettre à nos membres d’acquérir les compétences et les connaissances de pointe nécessaires pour garder une longueur d’avance sur les fraudeurs. Comme on le précise dans l’étude de l’IFAC, les compétences propres à leur profession confèrent aux comptables un rôle particulièrement important dans la lutte contre la corruption. Il existe une étroite corrélation entre le pourcentage de comptables professionnels que compte la main-d’œuvre d’un pays et des résultats plus favorables (qui témoignent d’une économie «plus propre») à l’Indice de perception de la corruption établi par Transparency International.

Comme le mentionne mon collègue Fayez Choudhury, chef de la direction de l’IFAC, dans son rapport, «Dans la lutte contre la corruption, garder le silence ne doit jamais être le choix le plus sûr pour qui que ce soit. La profession comptable s’emploie depuis des décennies à soutenir ce combat dans l’intérêt public, et nous continuerons de le faire.»

À CPA Canada, nous allons nous joindre à nos collègues comptables de partout dans le monde, de Vancouver à Vienne en passant par Volgograd, pour continuer de mener ce combat important.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Que pensez-vous du rapport de l’IFAC? Publiez vos commentaires ci-dessous.

À propos de l’auteur

Joy Thomas, MBA, FCPA, FCMA, C. Dir.

Joy Thomas est présidente et chef de la direction de CPA Canada et membre du Comité directeur national sur la littératie financière. Par ailleurs, Mme Thomas siège au conseil d’administration de l’International Federation of Accountants (IFAC) et préside la Global Accounting Alliance.