Amélioration de la qualité de l’audit : Tour d’horizon 2015

Cette année, le monde de l’audit a connu un certain nombre de développements favorisant l’amélioration de la qualité. Il nous appartient maintenant de déterminer, parmi les éléments nouveaux, ceux qui conviennent le mieux au contexte canadien.

Comme l’année tire à sa fin, il convient d’aborder les principaux éléments sur lesquels se sont penchés les décideurs en 2015 pour relever la qualité de l’audit. Voici mon bilan explicatif des faits saillants.

RAPPORT DE L’AUDITEUR

Le Canada est en voie d’apporter des modifications aux normes sur le rapport de l’auditeur. Tandis que se poursuivent les discussions sur les avantages des changements et sur les difficultés de leur mise en œuvre, l’expérience d’autres pays semble confirmer la nécessité d’accroître la transparence du rapport de l’auditeur quant à la mission menée à bien.

SURVEILLANCE DE L’AUDITEUR EXTERNE

L’initiative du Canada visant à accroître l’uniformité et l’efficacité de la surveillance exercée par le comité d’audit à l’égard de l’auditeur externe prend de l’ampleur. Les comités d’audit ont approfondi leurs évaluations annuelles et leurs évaluations complètes périodiques, assurant ainsi un suivi plus rigoureux de la qualité des audits. L’un des éléments clés de ces évaluations consiste à repérer les constatations découlant de l’inspection jugées pertinentes pour l’audit de l’entité. Les comités d’audit sont maintenant mieux placés pour examiner, avec les auditeurs externes, les incidences de ces dernières sur la qualité de l’audit.

RAPPORT DU COMITÉ D’AUDIT

Comme le comité d’audit continue d’améliorer son approche de la surveillance des auditeurs externes, la qualité de son rapport d’audit s’améliore elle aussi. Certains croient qu’en plus des avantages qu’elle procure aux investisseurs, la transparence accrue du rapport à l’égard des activités du comité d’audit joue un rôle complémentaire, compte tenu des modifications aux normes sur le rapport de l’auditeur, en harmonisant les intérêts de l’auditeur et du comité d’audit quant aux informations à fournir sur l’audit.

ENRICHISSEMENT DE L’AUDIT

On compte un certain nombre d’avancées à cet égard. Ainsi, des progrès technologiques ont permis aux auditeurs de travailler avec davantage d’efficacité et d’efficience. De plus, un certain nombre d’intervenants examinent les diverses manières dont l’auditeur pourrait faciliter la tâche du comité d’audit. L’auditeur pourrait-il, par exemple, fournir des indications plus utiles au comité d’audit en se basant sur son expérience auprès d’autres entités du même secteur ou sur sa connaissance des faits nouveaux concernant la comptabilité et la réglementation? D’autres explorent la possibilité d’élargir le rôle de l’auditeur en lui demandant de fournir au comité d’audit une assurance à l’égard d’autres informations que celles qui figurent dans les états financiers, telles que celles du rapport de gestion, y compris les indicateurs clés de performance.

INDICATEURS DE LA QUALITÉ DE L’AUDIT

L’initiative visant à déterminer s’il existe des indicateurs quantitatifs propres à rendre compte de la qualité de l’audit prend de l’ampleur. Des indicateurs faisant état de la qualité de l’audit pourraient aider les comités d’audit et les autres intéressés à comparer le travail de l’auditeur à ses résultats précédents ainsi qu’aux conclusions d’autres audits ou aux travaux réalisés par d’autres cabinets d’audit.

COLLABORATION

Certes, chacun des éléments que j’ai évoqués entraîne des avantages et des répercussions. Selon moi, notre plus grand défi sera de déterminer la meilleure façon d’intégrer les caractéristiques de chacun de ces aspects dans un cadre qui permettra d’améliorer la qualité de l’audit. Il s’agira aussi de réussir à modifier la perception voulant que l’audit soit devenu un lourd fardeau bureaucratique de conformité.

C’est pourquoi je me demande si le Canada ne devrait pas lancer une initiative, sur le modèle du projet «Amélioration de la qualité de l’audit» mis en œuvre il y a quelques années, pour inviter un vaste éventail de parties prenantes à examiner chacun des éléments et à déterminer ceux qui conviennent le mieux au contexte canadien.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

D’après vous, quel devrait être notre principal cheval de bataille en 2016 pour améliorer la qualité de l’audit? Le Canada devrait-il examiner dans une perspective plus globale les questions que j’ai soulevées ici? Comment devrions-nous procéder?

Je vous invite à publier vos commentaires ci-dessous ou à m’écrire directement.

Conversations sur la qualité de l’audit se veut un forum d’échange concernant les faits et problèmes nouveaux survenant à l’international en matière de qualité de l’audit et leur incidence au Canada.

À propos de l’auteur

Eric Turner, CPA, CA

Directeur, Normes d’audit et de certification, CPA Canada

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.