Du nouveau en audit au Royaume-Uni : des rapports plus parlants

Selon Citi Research (« Citi »), les rapports de l’auditeur sont un peu plus intéressants cette année.

Selon Citi Research (« Citi »), les rapports de l’auditeur sont un peu plus intéressants cette année. Citi constate en effet une revitalisation du rapport de l’auditeur, ce qui pourrait améliorer le dialogue entre les entreprises et leurs actionnaires à propos des questions de comptabilité et d’audit, en plus d’améliorer la communication d’informations, à condition que les auditeurs respectent les nouvelles exigences.

Citi a analysé 88 rapports, dont 35 provenaient d’entreprises du FTSE 100. Voici quelques-uns des principaux constats :

  • La longueur des rapports variait de deux à sept pages.
  • La qualité des rapports était très inégale, ce qui n’est pas surprenant étant donné que les nouvelles exigences étaient appliquées pour la première fois, selon Citi.
  • Certains rapports apportaient peu ou pas de valeur ajoutée et comportaient beaucoup de phrases toutes faites, tandis que d’autres contribuaient de manière significative à améliorer la compréhension des investisseurs.
  • La plupart des rapports traitaient d’au moins trois risques propres à l’entreprise.

Les normes du Royaume-Uni obligent l’auditeur à expliquer comment il a appliqué le concept de caractère significatif dans la planification et la réalisation de l’audit. Il doit pour ce faire indiquer le seuil de signification établi pour les états financiers pris dans leur ensemble. Citi a comparé les informations fournies sur le caractère significatif dans les 88 rapports et a constaté des variations importantes, non seulement dans les éléments de référence choisis, mais également dans la description de ceux-ci et dans les raisons ayant motivé leur utilisation. Si des investisseurs passaient en revue les pourcentages indiqués dans les rapports de l’auditeur d’un éventail de sociétés, ils pourraient donc arriver à des conclusions erronées quant à leur comparabilité.

Citi s’est livrée à un exercice semblable pour ce qui est des exigences du Royaume-Uni obligeant l’auditeur à fournir les grandes lignes de l’étendue de l’audit, qui peut couvrir les produits, le total de l’actif et le bénéfice avant impôts. Citi a constaté des variations dans le niveau de détail fourni, particulièrement en ce qui concerne la mesure dans laquelle la couverture de l’audit était complète ou non.

Par ailleurs, Citi a fait un autre constat important concernant les informations fournies par les auditeurs sur le risque de fraude dans la comptabilisation des produits et le risque de contournement des contrôles internes par la direction. Puisque, selon les normes comptables, ces risques existent dans presque toutes les entités, certains auditeurs ont cru bon de fournir des informations sur ces risques dans chaque rapport, sous la forme d’un libellé général. Citi n’est pas d’avis que ces informations standard soient utiles aux investisseurs et craint même qu’elles soient incluses dans le rapport de l’auditeur au détriment d’informations propres à l’entreprise.

Dans son analyse, Citi résume les faits saillants des rapports de l’auditeur de BP, HSBC, Rolls-Royce et Vodafone, et indique que le rapport de Rolls-Royce est le meilleur qu’elle a vu jusqu’ici. Pourquoi? Parce qu’il décrit non seulement les principaux risques en détail, mais aussi les réponses connexes de l’auditeur et les constatations faites par celui-ci. L’auditeur y indique, par exemple, s’il considère que les jugements et les estimations de la direction sont appropriés, prudents ou optimistes. Citi a trouvé cela très utile.

Citi en arrive à la conclusion que les nouvelles exigences concernant le rapport de l’auditeur constituent une amélioration. Elle formule néanmoins quelques suggestions pour rendre les rapports plus utiles à l’avenir. Bien qu’elles soient données dans le contexte des exigences du Royaume-Uni, ces suggestions donnent une bonne idée des éléments que Citi juge utiles dans le rapport de l’auditeur. N’oublions pas non plus que l’expérience du Royaume-Uni servira aux auditeurs d’autres pays lorsqu’ils appliqueront les exigences en matière de rapport de l’auditeur qui découleront des nouvelles dispositions internationales en matière d’information financière.

Poursuivons la conversation… Que pensez-vous du rapport de Citi?

Je vous invite à publier vos commentaires ci-dessous ou à m’écrire directement.

Eric

Conversations sur la qualité de l’audit se veut un forum d’échange concernant les faits et problèmes nouveaux survenant à l’international en matière de qualité de l’audit et leur incidence au Canada.

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.