Audit : y a-t-il lieu d’innover?

Dans ce billet, Eric Turner, directeur de projets, Normes d’audit et de certification, à CPA Canada, se demande s’il n’y a pas lieu d’adopter une conception plus novatrice de l’audit afin d’en accroître la pertinence et la valeur.

L’information d’entreprise évolue rapidement afin de satisfaire les demandes des utilisateurs qui réclament des informations orientées vers l’avenir, intégrées, plus subjectives — bref, des informations qui vont au-delà des modèles appliqués actuellement. Alors, comment innover pour s’assurer que l’audit évolue en phase avec l’information d’entreprise?

Un article de réflexion de PwC analyse ce problème. On assiste à un réaménagement des priorités des entreprises et donc à une évolution des informations qu’elles présentent. Or, il serait difficile de modifier le modèle de certification d’aujourd’hui, car les notions qui le sous-tendent sont ancrées dans l’audit des états financiers, qui servent depuis longtemps à présenter de l’information essentiellement financière. PwC a cherché comment dénouer cette impasse et préserver la confiance accordée à l’information financière des organisations qui innovent en optant pour un nouveau mode de présentation.

La proposition de PwC repose sur un élément clé : la transparence. Pourrait-on appliquer ces idées aujourd’hui, quitte à le faire sous une forme simplifiée? Considérons par exemple le rapport de gestion d’une organisation. Il est souvent difficile pour les lecteurs de jauger la fiabilité de l’information présentée et le niveau de participation de l’auditeur, le cas échéant.

L’International Auditing and Assurance Standards Board (IAASB) est en train d’élaborer une nouvelle norme qui exigerait que le rapport de l’auditeur contienne une description des responsabilités de l’auditeur concernant les informations autres que les états financiers, comme le rapport de gestion, ainsi qu’une conclusion à leur sujet. Imaginons un code de couleur qui serait utilisé dans le rapport de gestion pour en améliorer la transparence :
  • La couleur verte pourrait servir à indiquer les informations que l’auditeur a rapprochées avec les informations contenues dans les états financiers, ou celles qui, de l’avis de l’auditeur, communiquent le même message que les informations fournies dans les états financiers;
  • La couleur orange pourrait servir à indiquer les informations à l’égard desquelles l’auditeur a mis en œuvre certaines procédures particulières, par exemple la comparaison des hypothèses de la direction sur les tendances sectorielles du chiffre d’affaires à un rapport public;
  • La couleur rouge pourrait servir à indiquer les informations que l’auditeur a seulement lues.

Dans un rapport annexe, on pourrait expliquer le niveau de participation de l’auditeur grâce à des informations en vert, orange et rouge. Les lecteurs seraient à même de déterminer la confiance qu’ils désirent accorder aux informations.

Le pas à franchir pour se diriger vers un modèle de certification de ce type ne serait peut-être pas si grand, si l’on suppose que les parties prenantes trouvent une telle transparence utile. Mais pour que les idées de PwC se concrétisent, il faut que les acteurs du monde de l’audit aient la volonté de faire avancer ce projet et qu’ils soient déterminés à innover!

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Y aurait-il lieu d’innover en audit? Pensez-vous que les propositions de PwC sont prometteuses? Existe-t-il des moyens relativement rapides et faciles pour la profession d’auditeur d’accroître la pertinence et la valeur de l’audit?

Je vous invite à publier vos commentaires ci-dessous ou à m’écrire directement.

Le blogue sur la qualité de l’audit de CPA Canada se veut un forum d’échange sur les faits et enjeux nouveaux concernant la qualité de l’audit qui surviennent à l’international et leur incidence au Canada.

Publications, propositions et réponses

Publication de PwC : Inspiring trust through insight (en anglais seulement)

À propos de l’auteur

Eric Turner, CPA, CA

Directeur, Normes d’audit et de certification, CPA Canada