Initiative « Amélioration de la qualité de l’audit » : Le rapport définitif propose des mesures pour améliorer la qualité de l’audit au Canada

Les conclusions et recommandations contenues dans le rapport définitif de l’initiative « Amélioration de la qualité de l’audit », publié en mai, offrent des indications sur les mesures à prendre au Canada pour améliorer la qualité de l’audit.

Les conclusions et recommandations contenues dans le rapport définitif de l’initiative « Amélioration de la qualité de l’audit », publié en mai, offrent des indications sur les mesures à prendre au Canada pour améliorer la qualité de l’audit. Elles sont donc d’un grand intérêt.

Les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) et le Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC) ont lancé l’initiative « Amélioration de la qualité de l’audit » pour recueillir les points de vue des parties prenantes sur les solutions proposées dans les pays les plus durement frappés par la crise financière, comme les pays d’Europe et les États-Unis. Les réformes proposées visent à améliorer la pertinence et la qualité de la fonction d’audit.

Le projet avait été confié à trois groupes de travail constitués d’éminents Canadiens du milieu des affaires, qui ont examiné les diverses questions liées à l’amélioration de la qualité de l’audit, ont élaboré les documents de consultation et ont sollicité des commentaires sur leur analyse et sur les conclusions qu’ils ont dégagées. Un comité directeur a assuré la supervision des travaux.

Le rapport contient dix conclusions ainsi que dix recommandations de mesures. Voici quelques points saillants :

  • L’obligation, pour le comité d’audit, de procéder périodiquement à une évaluation complète du cabinet d’audit au moins tous les cinq ans et de recommander ensuite la reconduction du mandat ou le remplacement du cabinet d’audit constitue la meilleure solution pour contrer les éventuelles menaces liées à la familiarité institutionnelle découlant de la relation entre un cabinet d’audit et une entreprise. CPA Canada devrait élaborer des ressources et des outils pour aider les comités d’audit à procéder à une évaluation complète périodique d’un cabinet d’audit, y compris des indications sur la préparation et le contenu du rapport public du comité d’audit sur l’évaluation. CPA Canada devrait aussi collaborer avec des comités d’audit et des cabinets d’audit d’expérience afin de faciliter la mise en œuvre des évaluations complètes.
  • Les comités d’audit devraient procéder à une évaluation annuelle de la performance de l’auditeur. CPA Canada devrait entreprendre un projet visant à étoffer les indications concernant la réalisation de l’évaluation annuelle.
  • L’accès à des informations plus détaillées sur les constatations du CCRC présenterait des avantages pour l’évaluation des auditeurs et des cabinets d’audit par le comité d’audit. Le CCRC devrait élaborer, avec l’aide de représentants de cabinets d’audit et de comités d’audit, un protocole visant à accroître l’information mise à la disposition des comités d’audit.
  • Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) et le Conseil des normes d’audit et de certification (CNAC) devraient étudier les exigences concernant l’expression d’une assurance à l'égard des états financiers trimestriels afin de rendre l’intervention de l’auditeur sur les états trimestriels plus transparente pour les investisseurs.
  • Le rapport de l’auditeur pourrait être amélioré, dans certaines conditions, mais les propositions selon lesquelles l’auditeur ferait rapport sur la capacité de l’entreprise à poursuivre ses activités ont été rejetées, car elles accentueraient l’écart par rapport aux attentes. Le CNAC devrait tenir compte des conclusions détaillées sur le rapport de l’auditeur dans le cadre de son examen des propositions concernant la révision du modèle du rapport de l’auditeur.

On souligne dans le rapport qu’il reste encore à dégager les conclusions qui seront soumises à l’examen des autorités canadiennes compétentes en vue d’une action concrète. De plus, il faudra surveiller de près les réformes entamées dans d’autres pays, notamment en Europe et aux États-Unis, pour que les changements effectués au Canada n’entrent pas en conflit avec ceux qui sont proposés ailleurs, afin de ne pas nuire aux efforts d’harmonisation des solutions.  

Ce qui m’a le plus impressionné dans cette initiative de l’« Amélioration de la qualité de l’audit » est l’analyse détaillée des questions complexes (soulevées au pays et à l’étranger) qui a été réalisée par les groupes de travail, ainsi que l’ampleur de l’intérêt manifesté par les parties prenantes qui ont commenté les documents de consultation dans des délais très serrés. Non seulement a-t-on reçu des réponses de personnes et d’organisations du Canada et de l’étranger, mais plusieurs organisations ont aussi mené des sondages auprès de leurs membres, ce qui a vraisemblablement demandé des efforts considérables pour compiler et analyser les réponses. L’initiative « Amélioration de la qualité de l’audit » a de toute évidence suscité de nombreuses discussions partout au Canada et ailleurs dans le monde. Qui aurait cru que l’audit pouvait susciter autant d’intérêt!? 

Le moment est venu de poursuivre ce bon travail et de franchir une nouvelle étape, c’est-à-dire d’élaborer des améliorations significatives de la qualité de l’audit qui soient adaptées à la situation du Canada. Le travail réalisé jusqu’à maintenant inspire confiance quant à l’atteinte de cet objectif.

Poursuivons la conversation… Je vous invite à prendre le temps de lire le rapport définitif sur l’amélioration de la qualité de l’audit et à me dire ce que vous pensez des conclusions et recommandations qu’il contient.

Rédigez des commentaires ci-dessous ou écrivez-moi.

Eric

À propos de l’auteur

Eric Turner, CPA, CA

Directeur, Normes d’audit et de certification, CPA Canada