Accroître la crédibilité du rapport de gestion : Quels en sont les avantages par rapport aux coûts?

Alors que se poursuivent les discussions sur la façon d’améliorer l’information financière et de rehausser la valeur de l’audit, on s’intéresse de plus en plus à la question de savoir si les auditeurs pourraient accroître la crédibilité du rapport de gestion.

Alors que se poursuivent les discussions sur la façon d’améliorer l’information financière et de rehausser la valeur de l’audit, on s’intéresse de plus en plus à la question de savoir si les auditeurs pourraient accroître la crédibilité du rapport de gestion. L’Institute of Chartered Accountants of Scotland (ICAS) a publié un document de réflexion qui alimente le débat.

Le rapport de gestion est un document essentiel pour les investisseurs. Il vise à expliquer, du point de vue de la direction, la performance passée d’une entité, sa situation financière et ses perspectives d’avenir. À l’heure actuelle, l’auditeur ne fournit aucune assurance sur le rapport de gestion. Il lit le rapport afin de déterminer s’il comporte des incohérences significatives par rapport aux états financiers audités et prend les mesures appropriées. Les changements qui sont proposés à l’échelle internationale visent à mieux expliquer cette responsabilité dans le rapport de l’auditeur.

Les investisseurs ne se doutent peut-être pas que, à l’heure actuelle, personne d’indépendant ne vérifie si les sections du rapport de gestion qui ne sont pas tirées des états financiers font l’objet d’une manipulation ou sont biaisées, ou si les hypothèses et les jugements présentés dans le rapport sont raisonnables. Jusqu’à maintenant, les Canadiens n’ont exprimé aucune opinion tranchée ni préoccupation sur le sujet. En revanche, l’ICAS indique que les investisseurs ont manifesté un vif intérêt pour une plus grande assurance à l’égard de ces questions. L’Institut se penche d’ailleurs actuellement sur la façon dont la profession pourrait répondre à ce besoin.

Comme l’opinion de l’auditeur traditionnelle, qui porte sur la fidélité de l’image donnée par l’information, ne s’applique pas facilement à une information subjective et prospective, il est proposé dans le document de réflexion que les auditeurs expriment une opinion favorable sur le caractère sensé et raisonnable du rapport de gestion. Selon l’ICAS, une opinion favorable est nécessaire pour regagner la confiance des utilisateurs et des parties prenantes. Il suggère que l’opinion soit formulée au terme d’un nouveau type de mission de certification « intermédiaire » qui permettrait de fournir un degré d’assurance moins élevé qu’un audit des états financiers, mais plus élevé qu’une mission d’examen. Et comme les auditeurs doivent déjà auditer de l’information dans les états financiers qui est fondée sur des hypothèses prospectives, le pas à franchir ne serait peut-être pas si grand. Le document de réflexion indique que l’auditeur devra faire preuve d’une bonne dose de courage et de confiance s’il veut s’engager à fournir une telle assurance. Il n’y a pas de doute là-dessus!

Il est vraisemblablement trop tôt pour aborder les difficultés d’ordre technique qu’il faudra surmonter avant que les auditeurs puissent réellement réaliser ce type de mission. On devra peut-être réévaluer en profondeur le cadre conceptuel international pour les missions d’assurance. Mais, à mon avis, on doit tout de même se poser des questions importantes :

  • Les utilisateurs ont-ils besoin d’une assurance concernant l’information fournie dans le rapport de gestion qui va au-delà du travail déjà réalisé dans le cadre d’un audit?
  • Si c’est le cas, est-ce qu’une mission de certification sur le caractère sensé et raisonnable répondrait aux besoins des utilisateurs?
  • Les avantages de cette nouvelle mission pour les utilisateurs dépasseraient-ils les coûts des travaux requis?
Répondre à ces questions pourrait grandement aider à déterminer s’il vaut le coup de donner suite aux propositions de l’ICAS au Canada.

Poursuivons la conversation… Pensez-vous que les utilisateurs ont besoin de ce type d’assurance? Selon vous, les auditeurs pourraient-ils le fournir?

Je vous invite à publier vos commentaires ci-dessous ou à m’écrire directement.

Eric

Conversations sur la qualité de l’audit se veut un forum d’échange concernant les faits et problèmes nouveaux survenant à l’international en matière de qualité de l’audit et leur incidence au Canada.

À propos de l’auteur

Eric Turner, CPA, CA

Directeur, Normes d’audit et de certification, CPA Canada

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.