Faire preuve d’esprit critique tout au long du processus d’information financière : un élément clé de la lutte à la fraude

La fraude peut avoir des conséquences dévastatrices sur l’entreprise, ses parties prenantes et le marché, mais sa détection n’est pas chose simple.

La fraude peut avoir des conséquences dévastatrices sur l’entreprise, ses parties prenantes et le marché, mais sa détection n’est pas chose simple.

J’ai récemment pris part à l’un d’une série de webinaires organisés par la National Association of Corporate Directors (NACD) des États-Unis dans le but d’aider les conseils d’administration à prévenir et à détecter la fraude. Ces webinaires visent à guider les auditeurs, les membres des comités d’audit, les cadres financiers et les auditeurs internes quant à la façon de faire preuve d’esprit critique dans le cadre de leurs rôles respectifs. Il s’agit à mon avis d’une initiative louable qui permettra de sensibiliser davantage les parties prenantes à la nécessité de faire preuve d’esprit critique, et au rôle de cette attitude dans la prévention et la détection de la fraude.

J’ai trouvé particulièrement intéressant le webinaire de la NACD intitulé Skepticism and the External Auditor» qui portait sur certains aspects essentiels de la démarche d’exercice de l’esprit critique par les auditeurs dans la pratique. Toutefois, certaines de mes questions sont demeurées sans réponse, notamment :

  • Comment l’auditeur doit-il procéder pour que l’esprit critique demeure une priorité pour tous les membres de l’équipe de mission, tout au long de l’audit?
  • Comment les membres chevronnés de l’équipe de mission peuvent-ils s’y prendre pour que leur expérience et leur esprit de questionnement influent sur tous les aspects de la mission?
  • Comment l’auditeur peut-il démontrer que l’on a fait preuve d’esprit critique de manière appropriée tout au long de l’audit?

Faire preuve d’esprit critique dans un audit n’est pas simple. Le faire plus largement dans le cadre du processus d’information financière l’est encore moins. Tous les participants au processus d’information financière, qu’il s’agisse de la direction, des conseils, des comités d’audit, des auditeurs internes et externes, doivent établir des relations de travail ouvertes et constructives pour que le processus soit efficient et efficace. Il est donc important que l’exercice de l’esprit critique ne refroidisse pas ces relations. Comment atteindre un équilibre adéquat entre de bonnes relations de travail et l’exercice de l’esprit critique?

Le Center for Audit Quality (CAQ) des États-Unis propose un certain nombre de pistes de solution. Au cours des années 2009 et 2010, la CAQ a parrainé une série d’entretiens et d’entrevues de fond afin de dégager des perspectives sur les mesures de prévention et de détection de la fraude qui fonctionnent, et des idées quant à l’adoption de nouvelles approches. La CAQ a publié ses observations dans son rapport de 2010 intitulé Deterring and Detecting Financial Reporting Fraud: A Platform for Action. Le rapport contient un certain nombre d’idées en vue d’atténuer le risque de fraude touchant l’information financière, ainsi qu’un certain nombre d’éléments connexes à prendre en compte à cette fin; il constitue une première étape vers des projets et des collaborations à plus long terme sur ce sujet. On y soulève le fait que les participants au processus d’information financière estiment tout naturellement que les organisations auxquelles ils s’associent font preuve d’intégrité, et ils sont par conséquent prédisposés à se faire mutuellement confiance. Mais cet a priori en faveur de la confiance peut aussi empêcher de poser des questions.

La CAQ propose plutôt la prémisse selon laquelle le fait d’exercer son esprit critique ne signifie pas qu’il existe un manque de confiance. Cela signifie plutôt qu’il est nécessaire d’adopter une approche de type «faire confiance, mais vérifier». La CAQ estime que les relations de travail se trouvent renforcées lorsque toutes les parties admettent qu’il est sain et approprié de faire preuve d’esprit critique et de poser des questions. La collaboration soutenue qui en résulte peut également permettre de neutraliser les caractéristiques présentes dans la plupart des fraudes en matière d’information financière : des pressions ou un motif favorisant la participation à la fraude, la perception d’une occasion et la capacité de rationaliser le comportement frauduleux.

Poursuivons la conversation… Avez-vous des leçons à partager en matière de prévention et de détection de la fraude au sein de votre organisation? Êtes-vous en mesure de répondre aux questions qui demeurent sans réponse concernant les auditeurs et l’esprit critique?

Rédigez des commentaires ci-dessous ou Écrivez-moi.

Eric

Conversations sur la qualité de l’audit se veut un forum d’échange concernant les faits et problèmes nouveaux survenant à l’international en matière de qualité de l’audit et leur incidence au Canada.

À propos de l’auteur

Eric Turner, CPA, CA

Directeur, Normes d’audit et de certification, CPA Canada

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.