Ténacité, attention et préparation oui, mais il ne faut pas perdre de vue son objectif

Le juricomptable doit absolument faire preuve de ténacité à certaines étapes clés des missions qui lui sont confiées.

Grande nouvelle : les Blackhawks de Chicago remportent la coupe Stanley en 2013! Bon, une fois ce rappel important fait, parlons un peu de la juricomptabilité. Comme vous l’avez probablement remarqué, je recours constamment à l’analogie avec les sports dans mes interventions, et le présent article ne fait pas exception. Tous les grands joueurs, quel que soit le sport qu’ils pratiquent, ont une caractéristique en commun : la ténacité. Et il en va de même des bons juricomptables. Les Hawks et les Bruins ont tous deux fait face à l’élimination pendant les séries, mais ils ont trouvé le moyen de gagner, et ils ont atteint la finale. Des équipes moins combatives ont été confrontées à des défis semblables et ont échoué. C’est ce niveau de ténacité, de confiance en soi et de persévérance qui distingue les champions des simples aspirants. 

Le juricomptable doit absolument faire preuve de ténacité à certaines étapes clés des missions qui lui sont confiées, notamment lorsqu’il :

  • rassemble et passe en revue les données (souvent en quantités considérables);
  • procède aux différentes (et nombreuses) analyses des données (après en avoir établi la pertinence);
  • interviewe les témoins importants;
  • compile les résultats de manière à produire un rapport pertinent et convaincant (souvent en devant respecter des délais qui changent et jouent en sa défaveur);
  • fait valoir (défend) son rapport et se fait contre-interroger.

D’un point de vue pratique, il est faux de penser que la ténacité est proportionnelle au temps consacré à une poursuite. La valeur qui se rattache à chacune des étapes susmentionnées doit être mesurée constamment par rapport au coût lié à leur exécution (selon l’approche coûts-avantages), sans quoi le projet donnera inévitablement lieu à des dépassements importants et ne fera pas long feu. Il faut donc s’assurer de bien saisir l’ensemble des enjeux budgétaires avant d’entreprendre un projet d’envergure.

Les juricomptables sont rarement appelés à intervenir dans un dossier dès le début. Les entités font en général appel à leurs services quand les données sont colligées dans le cadre soit d’une enquête interne, soit de l’interrogatoire préalable dans le cas d’un procès. Lorsqu’il intervient dans une affaire interne, le juricomptable a vraisemblablement accès à toutes les données pertinentes par l’intermédiaire de la direction de l’entité. Lorsqu’il y a procès, le juricomptable doit trier toutes les données fournies par la partie adverse. Cette dernière fait souvent au juricomptable le coup classique qui consiste à lui remettre beaucoup trop d’informations (dont aucune n’est vraiment pertinente). J’ai souvenir d’une affaire pour laquelle la partie adverse nous a remis huit copies du même jeu de documents qui ne contenait aucun de ceux que nous avions demandés! Même lorsqu’il examine des documents qui semblent conformes, par exemple des relevés bancaires, le juricomptable tenace doit porter son attention sur les détails. Ainsi, toujours dans une affaire réelle dans laquelle nous sommes intervenus, nous avons constaté au cours de l’examen des données que la deuxième page de tous les relevés bancaires mensuels qui nous avaient été fournis pour une période de trois ans était absente. Cette page contenait l’historique des dépôts d’un certain compte, et la partie adverse avait tout intérêt à nous cacher les sources de revenus et de trésorerie. Nous avons informé les avocats de notre client de la situation, et ils ont obtenu que des sanctions soient prises contre la partie adverse. Lors de la collecte et de la revue des données, il importe de se souvenir que la ténacité signifie parcourir les documents rapidement tout en étant attentif aux anomalies.

J’effectue la plupart de mes analyses financières au moyen de tableurs et de bases de données. Les progrès technologiques réalisés au chapitre des logiciels analytiques ont permis d’accélérer l’analyse des données et de la rendre beaucoup plus concise. Une fois que j’ai en main les données exhaustives et exactes dont j’ai besoin, je m’amuse comme un petit fou à faire des calculs. Je me sens comme un chasseur à l’affût. Je décortique les opérations et tente de repérer les indices d’une activité frauduleuse dans les données. Mais c’est aussi à cette étape que peut se produire une dérive des objectifs d’un projet d’expertise comptable judiciaire. L’examen des données peut déboucher sur de nouvelles pistes d’exploration qui permettent parfois de faire des découvertes importantes, mais qui, souvent, n’aboutissent à rien. Nombre de juricomptables bien intentionnés mais peu expérimentés analysent systématiquement toutes les données, en scrutant le moindre élément d’information, et font par conséquent grimper considérablement les honoraires. Ce genre de comportement peut s’avérer profitable dans certains cas, mais il occasionne une grande angoisse chez les membres de votre équipe et chez vos clients. Une autre façon tenace d’analyser les données consiste à procéder à un recoupement de toutes les sources de données. Ainsi, même si les relevés bancaires sont factuels et indiquent la provenance et l’utilisation de la trésorerie, il se peut que l’on doive consulter le grand livre général pour découvrir le but de l’opération… ou son but déclaré!

Quiconque a déjà subi un contre-interrogatoire serré mené par un avocat chevronné sait qu’il n’est pas question de jeter l’éponge. La meilleure façon d’éviter le trac du témoin, c’est de bien se préparer, avec détermination. Nul ne devrait se sentir confortable lors d’un contre-interrogatoire, mais le fait de bien connaître les tenants et les aboutissants d’une affaire permet de se calmer et de marquer des points en tant qu’expert. J’ai été confronté aux avocats de la partie adverse et je sais ce que c’est de tirer de l’arrière 3 à 1 dans une série quatre de sept. Pas très agréable. Perdant 2 à 1 avec une minute 30 secondes à jouer devant une foule hostile, mes Hawks ont montré qu’ils avaient l’étoffe des champions et ont marqué à deux reprises en 17 secondes. Des équipes moins tenaces se seraient écroulées devant la force brute des Bruins. La juricomptabilité ressemble parfois beaucoup au hockey, n’est-ce pas?

Pensez-vous que les juricomptables doivent être tenaces? Quelles autres qualités et caractéristiques doit-on posséder pour être un excellent juricomptable?

Brad

À propos de l’auteur

Brad Sargent, CPA, CFF


Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.