Les CPA, acteurs du développement durable

Durabilité et information d’entreprise – L’avancement et le partage des connaissances ont toujours fait partie intégrante de la profession comptable, et aujourd’hui plus que jamais, alors que les CPA se font catalyseurs de recherche et d’innovation.

Le mot «durabilité» évoque généralement le recyclage et le reboisement, mais, de nos jours, on l’emploie de plus en plus pour parler de l’effet de nos actions et de nos choix en tant que consommateurs sur la planète. Nous voulons tous travailler pour, faire affaire avec ou investir dans des organisations qui se soucient non seulement de leur incidence sur l’environnement, mais aussi de leur empreinte sociale et économique.

Ce mouvement de prise de conscience de la part des organisations est relativement nouveau. En effet, on peut faire remonter son origine au déversement catastrophique du pétrolier Exxon Valdez à Bligh Reef il y a à peine 40 ans. Les changements qui en ont découlé ont donné naissance à un modèle d’information sur le développement durable que les CPA ont aidé – et aident toujours – à orienter.

LES DÉBUTS DE L’INFORMATION SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Après le naufrage de l’Exxon Valdez, l’Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA), l’une des trois organisations comptables nationales qui se sont unifiées pour former CPA Canada, a pris le flambeau, constatant qu’il était nécessaire de mettre en lumière le lien entre l’information d’entreprise et les questions environnementales. À l’époque, l’ICCA avait fait appel à Alan Willis (FCPA, FCA), ancien associé chez Touche Ross (qui est devenu Deloitte). Très peu de sociétés publiaient alors de l’information environnementale, mais M. Willis était attiré par l’idée de créer un cadre uniforme pour mesurer la performance des entreprises sur le plan environnemental, et consigner et communiquer des informations à ce sujet.

«En 1991, l’ICCA était l’une des deux seules organisations comptables dans le monde entier qui se préoccupaient de cette question. Au sein de la profession comptable, nous avons acquis une réputation de chef de file en la matière. Nous avons participé à toutes sortes de projets où nous étions parfois la seule organisation comptable présente, ou presque», se rappelle M. Willis.

Grâce aux membres de la profession comptable canadienne et au leadership initial de M. Willis, l’ICCA est devenu l’une des organisations fondatrices de la Global Reporting Initiative (GRI). M. Willis a d’ailleurs fait partie de son premier comité directeur. La GRI avait comme visée la création d’un cadre de reddition de comptes, soit un langage partagé permettant de présenter l’empreinte d’une organisation sur les plans environnemental, social et économique, ainsi que sur le plan de la gouvernance. Aujourd’hui, les lignes directrices de la GRI (maintenant appelées les normes GRI) sont reconnues dans le monde entier comme le cadre normatif de facto pour l’information sur le développement durable.

M. Willis a également contribué à l’essor de l’International Integrated Reporting Council (IIRC). Le cadre de référence de l’IIRC, qui s’inspire à la fois des modèles d’information sur le développement durable et des modèles d’information financière, vient compléter les normes GRI puisqu’il permet de déterminer la valeur créée par une organisation pour ses actionnaires, ses investisseurs et le reste de la société. M. Willis a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2012 pour son travail de pionnier dans le domaine de l’information sur le développement durable au Canada et à l’international.

LES COMPTABLES CANADIENS : UNE HISTOIRE D’INNOVATION

L’information d’entreprise, que l’on tient maintenant pour acquise, n’a pas toujours été facilement accessible. Jusqu’au début du 20e siècle, le public canadien n’avait pas vraiment le droit légal de savoir comment une organisation menait ses activités. Le gouvernement de l’Ontario a été une figure de proue à cet égard en adoptant, en 1907, une loi exigeant que les sociétés ouvertes fournissent aux actionnaires de l’information détaillée et auditée au sujet de leurs activités.

Ce texte de loi, rédigé en grande partie par l’organisation qui est devenue depuis CPA Ontario, est l’un des premiers dans le monde anglo-saxon à prescrire la publication d’états financiers détaillés. Son application réussie est à l’origine des obligations en matière d’information et d’audit faites à toutes les sociétés canadiennes dans la Loi des compagnies, 1917. Ces exigences légales ont modelé la profession comptable au Canada et permis d’implanter solidement la transparence en tant que principe fondamental de l’idéal canadien d’une saine gestion. À ce jour, les CPA continuent de promouvoir la recherche et l’innovation, de créer de meilleures pratiques en matière d’information intégrée et d’information sur le développement durable, et de travailler avec les organisations internationales pour établir des normes d’information financière, de comptabilité et d’audit.

LA PROFESSION COMPTABLE AU SERVICE DE LA RÉSILIENCE

Il y a encore beaucoup à faire avant que chaque client, chaque investisseur et chaque employé potentiel puisse facilement savoir si une organisation est un chef de file du développement durable. Consciente de l’ampleur mondiale des défis qui se posent et de la nécessité d’une collaboration accrue pour les relever, CPA Canada travaille souvent de concert avec des partenaires internationaux. Le Canada est d’ailleurs récemment devenu le premier pays à l’extérieur du Royaume-Uni à mettre en place un Réseau de leadership des chefs des finances dans le cadre du projet Association pour la comptabilité durable (ACD). Mise sur pied par le prince de Galles il y a plus de 10 ans, l’ACD vise à favoriser le partage des meilleures pratiques et le leadership à l’échelle mondiale sur le plan du développement durable au sein de la profession. «C’est un réseau de leaders en finances qui comprennent l’importance de rendre les entreprises plus durables pour créer un monde plus durable», explique Gord Beal, vice-président de la division Recherche, orientation et soutien de CPA Canada, qui pilote le projet pour la profession comptable au Canada. «Nous comptons maintenant huit chefs des finances visionnaires d’un peu partout au pays, tous chevronnés, et nous sommes à la recherche de nouveaux membres.»

Les membres de la section canadienne de l’ACD ont instauré des programmes novateurs dans leurs organisations. Par exemple, Bruce West (FCPA, FCA), premier vice-président, Finances et chef des finances du Groupe Co‑operators, parle des efforts de son organisation dans la quatrième étude de cas sur l’adaptation au changement climatique de CPA Canada. Après les inondations à Calgary en 2013, le Groupe Co-operators a décidé de trouver une façon d’offrir une couverture adéquate aux clients, tout en préservant sa santé financière. L’objectif était de réduire la dépendance à l’égard du programme d’aide aux sinistrés du gouvernement et de renforcer la résilience des collectivités. «Nous sommes témoins des effets du changement climatique, dit M. West. Notre but est d’agir en tant que catalyseur pour créer une société plus durable.» La section canadienne de l’ACD emploie des outils axés sur la collaboration, la communication et le leadership afin de créer des solutions pratiques comme de nouveaux modèles d’affaires qui permettent de trouver un équilibre entre la stabilité économique et la durabilité à long terme du capital social, humain et naturel.

Le changement climatique demeure probablement le plus grand défi pour le monde des affaires à l’échelle planétaire, et les comptables canadiens cherchent depuis longtemps déjà des solutions à ce problème de plus en plus pressant. Alan Willis est le coauteur de l’un des plus récents rapports de CPA Canada sur le sujet et offre ce conseil aux administrateurs : «Le changement climatique change la donne à tous les égards; ses répercussions sur les plans social, environnemental et économique sont énormes. Même si vous ne vous souciez pas vraiment du développement durable, vous ne pouvez pas prendre le changement climatique à la légère.»

S’il y a un groupe au sein des organisations qui est en mesure de s’attaquer à ce défi exceptionnel, ce sont bien les CPA. «Pour créer un monde plus durable, affirme Gord Beal, nous devons changer la façon de faire des affaires. Il y a des comptables dans pratiquement toutes les organisations. Rares sont celles qui n’emploient pas un comptable ou qui n’ont pas recours aux conseils d’un comptable, voire les deux. Les CPA peuvent donc jouer un rôle de premier plan en agissant en tant que vecteurs de changement.»

Parallèlement au 150e anniversaire de la Confédération, nous publierons d’autres articles qui dépeignent les personnages et événements au cœur de la riche histoire de CPA Canada. Des lectures à ne pas manquer!

POURSUIVONS LA CONVERSATION

De quelles autres façons les CPA peuvent-ils favoriser le développement durable et la résilience des entreprises? Faites-nous-en part ci-dessous.

À propos de l’auteur

CPA Canada

Autres événements susceptibles de vous intéresser :

À l’instar du légendaire comptable George Edwards, la lieutenante-colonelle (lcol) Eleanor Haevens perpétue la tradition des CPA qui ont laissé leur marque en servant au sein de l’armée canadienne ou à ses côtés.

Les CPA qui travaillent à la fonction publique embrassent des idéaux élevés et éprouvent un profond attachement à leur pays. Découvrez ce que le travail de Sarah Tobun, d’Environnement Canada, au service des Canadiens, doit aux origines des titres comptables du Canada.

C’est par leur persévérance que les femmes ont réussi à redéfinir la profession comptable au Canada, en l’espace de deux siècles. Qui sont ces pionnières? En quoi leurs efforts ont-ils facilité l’entrée de leurs consœurs dans le métier?